• bioprinting

    La science peut-elle se passer des animaux ?

    Nul besoin d’être végétarien pour se sentir concerné par l’avenir des animaux. Cobayes nécessaires de la science, ils sont utilisés pour le bien-être des hommes. Un lourd tribut au nom du progrès. La technologie pourrait nous aider à y remédier.

    La science peut-elle se passer des animaux?

    Les cochons, une denrée rare

    Des rongeurs, mais aussi des singes, des poissons, des chats, des chiens, des tortues ou encore des oiseaux, de nombreux animaux font l’objet de vivisection. Ces expériences, visant à essayer divers médicaments ou cosmétiques avant leur commercialisation, peuvent parfois être douloureuses pour ces créatures. Les cochons ne sont pas épargnés, au contraire : leur peau est une denrée rare, très appréciée des chercheurs.

    Si l’on avait dit aux fameux trois petits cochons qu’ils finiraient en cage, instruments d’essais scientifiques, se seraient-ils autant creusé les méninges pour ne pas finir dans le ventre du grand méchant loup ? Car, oui, ces mammifères ont la peau qui se rapproche le plus de celle des humains et constituent donc un support inestimable de recherche et de tests. Problème, en plus d’être soumis à des molécules dont on ne connaît pas encore les effets, ils sont souvent victimes de maltraitances. Sous des néons au bruit horripilant, les porcs sont loin de leur chère campagne et des voyages extraordinaires de leur cousin Babe. Sont-ils condamnés à subir piqûres et autres traitements au nom de la science ?

    La réponse pourrait bien se cacher dans le « bioprinting », ou impression de tissus vivants

    Des tissus humains imprimés

    bioprinting

    Il n’est pas évident que les bêtes soient irremplaçables. D’aucuns, amis des animaux et choqués par ce qu’on leur fait subir, appellent à découvrir d’autres moyens pour tester les médicaments ou virus inoculés par vaccins. Encore faut-il que des techniques alternatives, capables de faire avancer la science sans nuire à certaines espèces animales, comme les cochons ou les souris, existent. La réponse pourrait bien se cacher dans le « bioprinting », ou impression de tissus vivants, donc potentiellement humains. Des scientifiques ont récemment trouvé le moyen de conserver des cellules souches embryonnaires grâce au système de valves et d’air comprimé d’une imprimante 3D réajustée. Si l’on peut aujourd’hui imprimer des tissus humains, pourquoi pas demain des organes artificiels et surtout de la peau humaine ? L’invention n’est pas utopique et soulagerait les mammifères à la queue tire-bouchonnée, contents de retrouver enfin le grand air et la boue. Néanmoins, un combat de taille subsiste, que la science ne pourra vaincre seule : celui de la linguistique. Car, quand on cherche un synonyme de cobaye, l’unique terme soumis est « cochon d’Inde ». Il reste des progrès à faire.

    http://pulse.edf.com/fr/la-science-peut-elle-se-passer-des-animaux/

     

    bioprinting

    « Maltraitance - Prison ferme pour avoir laissé mourir son chienIl court d'un bout à l'autre de la pièce »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Avril 2014 à 15:42
    nays1

    Bonjour

    il va sans dire que je suis contre 100% de l'utilisation d'animaux au profit des humains

    c'est honteux scandaleux que l'homme sen teste sur lui même et quand on sait parfois poiur quel produits maquillage déodorant et autres produits complètement inutiles

    je n'utilise aucuns produits ni de maquillage ni d'entretien

    et en ce qui concerne la médecine oui oui il y a des alternatives

    un jour peut-être seront ils heureux enfin mais j'ai des craintes

    oui les cellules souches j'en avais vaguement entendu parler

    on croise les doigts la bataille doit continuer

     bonne soirée * bises

     

     

    2
    Jeudi 3 Avril 2014 à 19:38
    LADY MARIANNE

    ce serait un grand pas de cesser de torturer les animaux dans les labos-
    j'espère qu'ils vont trouver une alternative rapidement-
    les animaux ne sont pas de meubles-
    bisous !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :